Ça lui piquait les lèvres et les orteils parce que ça passait par tout le corps mais ça ne sortait pas, ça ne sortirait jamais, ils le disaient bien tous, ça ne pourra pas sortir, alors ça traînait sous la peau et c’était si concret qu’il pouvait le voir dans ses mains, il pouvait le lire mais ne pourrait jamais le dire comme ils disaient, jamais dire.

Jusqu’au jour où l’enfant invisible se matérialisa ailleurs, très loin de ceux-là qui ne l’accompagnèrent jamais, il ne les voyait pas dans ses mains, ils étaient en vrac dans une outre au creux de son ventre, un sac à débris pesant avec lesquels il devrait se coudre un inévitable habit.

Et dès le premier débris en main, après l’avoir trituré, senti, malaxé, il se mit à parler.

Pour l’instant, il ne disait que des inepties, mais avec de l’entraînement, il arriverait à parler de tellement de choses qu’il en viendrait même à ne plus parler de lui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s