Pour être acteur de nos dires et de nos corps, il faudrait se démasquer. Ne plus s’avancer en costume civique – ganté, le col serré et le mot bien léché – mais le corps tout en chair et en déhanchements tel un ver se démenant dans son bourbier. Alors, cette musique : le crissement de la terre. Ainsi, seulement, tout serait possible. Jusqu’à l’excentricité d’être en harmonie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s