Les yeux cernés cernant le corps pris au piège d’un monde exténuant exténué pris dans un monde piégé

Tout dehors, tout est dehors, tout cracher dehors, hors la langue aussi, cette planche à repasser les mots, à les blanchir, dans le palais pour rien ils errent les mots blanchis repassés pour rien, la preuve, personne ne lit plus les mots cernant le corps piégé, alors ne restent que les glaires alors, cracher les glaires d’un monde trop dehors

Tout dehors dedans, alors les mots vous rongent la carcasse déjà cadavre pourrissant, un monde prêt à la décomposition, tout dedans dehors

Éparpillé pillé

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s