Autour

je ne pouvais m’agripper à rien ou plutôt à tout, car on ne peut pas s’accrocher à rien

tellement couvert de sueur

comme si je n’avais pas de bras

ne plus rien agripper

ne pouvoir que frôler

c’est quand même terrible, mais on n’en meurt pas

si on veut

en prenant autre chose pour accrocher les choses

quelque chose qui n’est pas membre pour remuer la terre

qui ne repose sur rien pourtant elle tient si ferme en l’air qu’on en est jaloux de voir ça depuis qu’on peut le voir qu’elle n’est fixée nulle part, qu’elle flotte, comme ça, c’est tout

avant on ne savait pas

on ne savait pas que le vide peut entourer quelque chose qui tient ferme

qu’il n’est pas que dedans le vide

surtout quand tant de monde s’est engouffré dedans et tient ferme comme la terre

il n’y a plus de place pour un pet de vide, mais il en reste plein pour une poignée de riens

des flocons de riens qui tombent de partout tout autour du corps qui est rempli de corps que l’on croise quand on veut bien glisser un peu sur une poignée de riens

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s